Blog

  • Récit d’une sortie normale, ou presque….

    Samedi 28 septembre, rendez-vous habituel à 8h sur la place de Charly pour notre sortie hebdomadaire. Il fait beau, nous sommes nombreux, douze, en fait treize puisque Albert arrive avec ses 5 minutes de retard habituelles. Le temps de se faire la bise et c’est parti.

    Au feu tricolore, soit environ 50m après notre départ, panne de dérailleur de Djamel, après les crevaisons des semaines précédentes, une grosse révision s’impose. Le jeune marié a certainement des occupations plus importantes…. Enfin nous sommes partis (12 pour ceux qui ne suivent pas) Les sept Chemins, Orliénas, Soucieux, La grande cote via le Bas Marjon. En bas du chemin botanique trois camarades nous quittent, nous suivons, comme à notre habitude les indications précises de Jean-Marie GARMIN « au Marjon on tourne à droite après le manège ! » ou quelques mètres plus loin « aux chèvres de Madame CHOMBIER à gauche » Rien que du très normal, les chemins, les hameaux, les croix, il en connait tous les noms.

    Mais à Rochefort, bug, à la place du « chemin normal » qui évite le pierrier qui longe le champ de Monsieur RICARD, un pré avec de l’herbe haute…. « RECALCULE »…..le champ est traversé, la clôture enjambée et c’est reparti. Saint Martin en haut ou Le ROI DU MONDE et Michou nous abandonnent, fourbus. Au signal Saint André nous réparons la chaine d’un vététiste peu soigneux de son matériel. Les recommandations prodiguées sur l’entretien de son vélo nous repartons. On plonge sur Saint André la Cote, le Boulard, Le haut Marjon (tout à l’heure c’était le bas, il faut suivre) Taluyers est traversé à fond, enfin selon ce qu’il nous reste de force. Les sept chemins, la montée des cailloux.

    60 kms et 1600m de dénivelé positif.

    Une sortie classique en sorte, sauf le bug à Rochefort, totalement inhabituel de la part de Jean-Marie…..Mais à la veille d’une retraite bien méritée, le processeur était-il quelque peu monopolisé par d’autres taches !

  • Buiscyclette 2012 (par José)

    Nous y avions pensé, et nous l'avons fait; notre week end à Buis les Baronnies et notre participation à la Buiscyclette.
    Super week end où rien n'a manqué, le soleil, les paysages, les jolis sentiers, les senteurs provençales et la bonne humeur entre copains. 
    Il faut dire que nous nous sommes bien préparés; 
    Le groupe a établi son camp de base au camping la Fontaine d'Annibale tenu par Eléonore. 2 beaux chalets réservés à coté de la piscine et des barbecues.  
    La nuit nous avons eu quelques scieurs de bois et un somnambule équipé d'une frontale qui faisait les 100 pas, mais les chalets étaient confortables et la nuit a quand même été tranquille. 
    Le Samedi matin, le petit déjeuner et le fameux "chu d'apricot" d'Eléonore nous a permis de bien commencer la journée. Il faut dire que prendre son p'tit déj sur la terrasse avec vue sur les montagnes alors que les copains restés à Lyon sont sous la pluie, ça donne un goût particulier aux tartines.
    Nous voici fin prêts pour aller visiter Buis et ses alentours en vélo. Après au moins 10 km et un arrêt ravito à l'un des nombreux bars de la place,
    nous voici de retour au camping où la piscine nous tend les bras . Malgré une eau un peu fraîche nos 9 guerriers font quelques longueurs de bassin et un peu de bronzette.(sauf peut-être Antoine qui bronze façon écrevisse)
    L'après midi la préparation a été mentale; nous sommes allés nous imprégner de l'esprit des plus grands cyclistes en allant faire un pèlerinage au sommet du Ventoux.
    Le soir la pression commence à monter, surtout quand en allant chercher nos dossards, nous voyons le profil du parcours: 54 km et 2500 D+.
    En attendant l'heure du dîner, chacun termine la préparation de son vélo.
    Le soir des pâtes et une salade verte ont complété notre préparation (avec un peu de rosé quand même)
    Une fois la tactique de course mise au point au cours du dernier briefing, l'équipe est allée se coucher de bonne heure.
    Nos bûcherons et notre promeneur nocturne étaient encore là la deuxième nuit.
    Le matin la pression est à son maximum, à 06h00 tout le monde est debout. Heureusement le camping est plein de VTTistes venus pour la Buisccyclette et personne n'envisageait de faire la grasse mat.
    08h00 , ça y est nous y sommes. Nous attendons le coup d'envoi du départ groupé dans notre belle tenue du CCT.
    Et nous voilà partis. Il fait beau le ciel est bleu, les chemins sont secs. La température, un peu fraîche, est idéale.
    Dès la première bosse, on se dit que la préparation aurait été meilleure avec un peu plus d'Isostar et moins de St Jo et que le barbecue n'est peut-être pas la meilleure façon de faire le métier.
    Très vite on oublie tout ça car le parcours est splendide. La première descente est fabuleuse avec des passages techniques, du single en sous-bois et tout ça sur plusieurs km. Les freins à disques et les suspensions ont bien chauffé. Didier fait une petite culbute et son genoux s'en souvient encore.
    Nous roulons sur des singles en balcon et sur les crêtes avec des paysages de folie.
    Les montées sont raides et les descentes techniques. Finalement les quelques portions de bitume sont les bienvenues pour nous permettre de souffler un peu.
    La dernière descente c'est l'apothéose, 6 km de descente abrupte et technique. C'est pas le moment de relâcher son attention. Jean Marie en profite pour se rouler dans un buisson d'épines. 
    Sur la fin, Pascal a fait une chute qui lui vaudra 5 points de suture. Aujourd'hui les nouvelles sont bonnes et il est prêt à recommencer. Il vous montrera sa cicatrice souvenir.
    Toute l'équipe a terminé le parcours, fatigués, blessés ou avec des épines dans le cuissard mais heureux d'avoir fait 2300D+ avec plein de belles images et de sensations dans la tête.
    Jean Marc et Didier ont même gagné un lot au tirage au sort ce qui leur a permis de monter sur le podium et de parler du CCT.
    Après un bon repas préparé par l'organisation, il ne reste plus qu'à retourner au camping pour prendre une douche et ranger nos affaires.
    Voilà, notre week end est fini. Nous avons eu de la chance car il a fait beau, l'organisation était au top et la région est splendide. Mais la bonne humeur c'est nous qui l'avons amenée et elle ne nous a pas quitté. 
    Vivement l'année prochaine.
    José